Commémoration de la Journée nationale de l’Étudiant

Dans A la une
18 Mai 2021

«Avec un diplôme en plus, nous ne ferons pas de meilleurs cadavres !
A quoi donc serviraient-ils ces diplômes, qu’on continue à nous offrir, pendant que notre peuple lutte héroïquement… pour le monde qui nous observe, pour la nation qui nous appelle, pour le destin historique de notre pays, serions-nous des renégats ?», ainsi était actée l’adhésion des étudiants algériens à la Révolution du 1er novembre 1954.

Cet engagement pour la libération du pays du joug colonial est inscrit, de façon indélébile, dans  l’appel à la grève, du 19 mai 1956, lancé par l’Union Générale des Etudiants Musulmans Algériens (UGEMA).

Cet appel avait rencontré un large écho auprès des étudiants et mêmes des lycéens qui ont abandonné leurs études pour rejoindre en masse les rangs du FLN et de l’ALN.

Célébré depuis en tant que journée nationale de l’étudiant, la commémoration de cet évènement recèle une charge symbolique restituant l’engagement de la jeunesse algérienne pour la libération et l’édification du pays.

La célébration de la Journée de l’étudiant intervient moins de deux semaines après la célébration, pour la première fois, de la Journée nationale de la mémoire, instituée afin de préserver cet élément déterminant de l’identité nationale de toute altération et le transmettre aux générations futures.

Dans son premier discours à la Nation à l’issue de sa prestation de serment en tant que président de la République, le 19 décembre 2019, Monsieur  Abdelmadjid Tebboune avait souligné l’intérêt accordé au secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, afin de lui permettre de jouer « un rôle pionnier dans l’édification de la nouvelle République algérienne ».