Sommet arabe d’Alger : l’impératif de redynamiser l’action commune mis en avant

Dans A la une
02 Nov 2022

ALGER- Les travaux de la 31ème session du Sommet arabe ont débuté mardi soir au Centre international des conférences (CIC) à Alger, avec l’objectif d’imprimer un nouveau départ à l’action arabe commune au sein de laquelle la centralité de la cause palestinienne est réaffirmée.

Comme un symbole de la volonté de transcendance et de hisser l’action arabe commune au niveau des exigences de l’heure, la tenue du Sommet coïncide avec la célébration du 68e anniversaire du déclenchement de la glorieuse Révolution du 1er novembre 1954.

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, président de la 31ème session du Sommet arabe, a appelé, dans son allocution d’ouverture, à mettre en place un « comité arabe de liaison et de coordination en soutien à la cause palestinienne », mettant en exergue la pleine disposition de l’Algérie à « soumettre cette revendication vitale aux Nations unies pour convoquer une Assemblée générale extraordinaire, aux fins d’accorder à l’Etat palestinien la qualité de membre à part entière aux Nations unies ».

« La question palestinienne demeure notre cause centrale, au cœur de nos préoccupations et en tête de nos priorités, au moment où elle fait l’objet de tentatives de liquidation, du fait de la poursuite de graves violations par les forces d’occupation », a affirmé le Président Tebboune.

Exprimant ses félicitations aux frères palestiniens pour l’accord historique parrainé par l’Algérie avant la tenue du Sommet, à savoir la signature de la Déclaration d’Alger pour l’unification des rangs palestiniens, le Président Tebboune a invité les dirigeants arabes à « conjuguer les efforts en vue d’accompagner les frères palestiniens sur la voie du parachèvement de ce projet national pour tourner définitivement la page des différends, à la faveur de la mise en œuvre des échéances nationales prévues par la feuille de route adoptée et énoncée dans la Déclaration d’Alger ».

Il a appelé, d’autre part, à bâtir un « bloc économique arabe solide, garant de nos intérêts communs, tout en œuvrant à la définition des priorités et des domaines d’action commune, à impact positif immédiat et perceptible pour les peuples arabes ».

« Notre région arabe recèle de gigantesques potentialités naturelles, humaines et financières à même de nous ériger en force économique agissante dans le monde », a-t-il fait valoir.

Il a relevé que ce Sommet se tient dans une « conjoncture régionale et internationale exceptionnelle d’une extrême complexité, marquée par la montée des tensions et des crises, en particulier dans notre monde arabe, qui jamais dans son histoire contemporaine n’a connu de périodes aussi difficiles et suscitant autant d’inquiétude que celle que nous vivons aujourd’hui ».

« Nous sommes, ainsi, appelés à reprendre confiance en nos capacités pour peser de tout notre poids et agir de manière influente sur la scène internationale et l’économie mondiale, d’autant que les réserves de change de nos pays arabes équivalent à celles de l’Europe ou des grands ensembles économiques asiatiques ou américains », a plaidé le Président Tebboune.

De son côté, le président tunisien, M. Kaïs Saïed, président de la 30ème session du Sommet arabe, a souligné que le Sommet d’Alger permettra de « rassembler les frères arabes autour d’un ensemble de solutions pour dépasser les divergences du passé », saluant « les efforts de l’Algérie pour l’unification des rangs arabes ».

Le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Antonio Guterres, invité d’honneur du Sommet, a souligne le rôle de la Ligue arabe dans la promotion de la paix et du développement durable dans le monde.

Sont également intervenu lors de la séance d’ouverture du Sommet, le président azerbaïdjanais, Ilham Aliyev, président en exercice du Mouvement des Non-Alignés, le président sénégalais, président en exercice de l’Union africaine (UA), Macky Sal, et le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Abou El Gheit.

Le Sommet a été précédé des réunions préparatoires des ministres des Affaires étrangères consacrées à l’examen du projet d’ordre du jour du Conseil de Ligue au niveau du Sommet, puis d’un projet de résolution sur la sécurité alimentaire arabe, ainsi qu’un projet de résolution sur les travaux émanant de la réunion du Conseil économique et social.

Source APS